Mis en avant

L’Histoire dont tu es l’héroïne …

Bonjour !

Après quelques mois et une « pause bébé » me revoici pour te partager ce qui est monté à mon cœur … Connais-tu la fameuse « histoire dont tu es le héros? » Laisse-moi te partager une autre histoire, celle qui parle de qui tu es …

Il était une fois , une jeune (ou si tu préfères mature , merveilleuse , unique ) femme qui vivait sur une terre déchue . Elle se sentait seule ,vide , dépossédée de toute joie . Pourtant , cette princesse qui s’ignorait était la fille d’un Roi extrêmement puissant . Il possédait à lui seul une immense contrée, et son Royaume était sans limites …

Cette merveilleuse créature ne savait pas qu’elle avait un Père , et ne savait pas non plus qu’il la recherchait . Non consciente de son identité , elle se laissait intimider et condamner par de sombres pensées qui agissaient tel un venin dans le but d’intoxiquer son âme . Elle croyait ses jours sans espoir, mais elle ne savait pas qu’un événement allait changer sa vie …

Un jour , alors que le Frère de la jeune femme put , au moyen de serviteurs bien intentionnés et remplis d’amour retrouver la jeune héritière , elle connut son identité ! Elle sut alors qu’elle était fille du Roi, qu’elle avait un Seigneur , Lui-même Fils du Père, qui s’était donné pour la retrouver , qu’elle avait « toutes les bénédictions dans des lieux très élevés », qu’elle pouvait choisir de penser à tout ce qui est « bon, agréable , louable , bienséant ».

Oui, cette fille qui se croyait parfois en dessous de tout , a alors pris conscience de sa véritable identité : elle était en fait aimée , chérie de son Père ,était connue d’un Royaume et promise à « des œuvres déjà préparées d’avance … »

Sa vie changea alors du tout au tout ! Ses lambeaux , déchets , souillures furent remplacés par des vêtements de gloire , de sainteté, son atmosphère était devenue pure, légère !

Cerise sur le gâteau : elle fit la connaissance d’un Admirable Conseiller , qui attendait juste qu’elle tourne vers lui ses regards ! Il était animé d’une sainteté et d’une douceur sans pareilles . Ensemble, ils allaient devenir les meilleurs alliés; et l’aiderait à aimer ,à représenter au mieux le Père, à marcher dans l’autorité et dans les fruits qui lui étaient assignés …

Cette histoire est ton histoire, et tu es cette princesse . Tu as une vie précieuse et le Roi veut te couronner de Sa Grâce. Mais ce Roi est si bon qu’il te laisse le choix de sortir de la misère de cette terre en acceptant de savoir qui tu es : tu es l’héroïne qu’il a prévue pour cette génération, là où tu es, quelle que tu sois , empare-toi de ton identité avec reconnaissance et fais la différence dans ces temps si particuliers …

Oui, cette héroïne,c’est toi , c’est moi. Nous sommes si précieuses aux yeux de Dieu qu’il tenait à nous le dire lui-même : ouvre le Livre de Sa Parole et tu verras : il y a écrit ton histoire …

Alors, prête à marcher dans la victoire ? N’hésite pas à me parler de toi dans les commentaires !

Mis en avant

Donne de la structure à ta saison de confinement !

Que l’on soit chrétien ou non, ce moment de confinement est un véritable test pour tous, et aussi une occasion de voir ce que nous pouvons changer, moduler, garder comme habitude de vie familiale, personnelle, professionnelle, spirituelle … Voici quelques conseils que je mets moi-même en pratique afin de redonner un rythme, une structure, organiser mes journées, pour que le temps soit utilisé à bon escient…

Quand l’Ecclésiaste nous disait:

 » Il y a un moment pour tout, et un temps pour chaque chose sous le ciel  … »

Ah… Le doux temps où tu te retrouvais seul(e) à boire ton café à 6 heures du mat’… Sauf si tes enfants et ton épouse /époux sont des lèves-tôt, tu entendais les trains- les oiseaux-les voitures , seul(e) avec toi-même ou presque… Ce petit monde bientôt réveillé, c’est une nouvelle journée qui commence…Comment faire pour ne pas te sentir confiné(e) dans ton cerveau et réussir à donner de la structure à tes semaines à venir ?

Pourquoi de la structure ?

De manière générale , notre organisation quotidienne nous permet de nous créer des repères mais aussi d’en donner à nos enfants. Cela sécurise, permet de varier les activités, nous aide à nous retrouver, on appelle cela une « routine » . En temps de confinement , le fait de programmer ses journées est encore plus essentiel: tu peux te repérer, faire en sorte que toutes les heures ne se ressemblent pas et mieux encore: donner du dynamisme à la maison et ainsi chasser l’ennui …

Comment faire ?

Si comme moi il y a un an ou pour dire vrai six mois de cela , l’organisation rime avec désillusion , voici quelques conseils pratiques pour te lancer:

  • Prends l’essentiel: ton mari / ta femme (s’il/elle le veut bien), tes enfants (pas de compromis possible, là!) un stylo et un papier. Dresse une carte mentale, un schéma, un tableau ou une liste de ce que vous devez/ aimeriez faire durant ce temps de confinement . Par exemple pour tes enfants école à la maison (donc toi aussi), les projets, tâches, le télétravail, les sorties VRAIMENT obligatoires .
  • Délimite un horaire de lever/ coucher pour tes enfants, mettez-vous d’accord: cela permet de démarrer dès le lendemain avec une journée type… Pour le coucher: proposez aussi un horaire, cela évite de se retrouver devant netflixpureflix-machinflix, jusqu’à deux heures du matin (avec ou sans chips)…
  • Ne pas se mettre trop de tâches, car cela décourage et pousse donc à se poser dans le fond du canapé….
  • C’est un contrat moral: il faut penser au bien-être psychologique, émotionnel et spirituel de toute la famille …Cela n’en sera que bénéfique pour tous: surtout pour les enfants, qui ont besoin d’un cadre…

L’importance d’avoir une maison saine: encore plus vrai en ces temps… (Petit rituel du soir avant d’aller se coucher…)

Durant mes jeunes années d’épouse, je t’avouerais que je ne prenais pas la peine de faire la vaisselle et de ranger la maison (ou du moins le salon). En entendant la douce voix de mon mari me dire à moi étudiante en vacances (oui, même mariés on ne se voyait que le week-end et les vacances au début: dur sacrifice, mais utile)) : « laisse chérie, tu le feras demain… » Je ne vous raconte même pas comment je me sentais dépassée quand je voyais la montagne qui se trouvait en face de moi, et à ce moment là je n’avais pas la fronde de David entre les mains…Mais ce temps a changé! Notre fils de huit ans fait donc, comme vos enfants en ce moment « école à la maison », avec moi-même comme « Instit’ de remplacement « , et j’ai un petite puce en construction : alors comment s’organiser efficacement ?

Le soir , après le repas… (Oui tu as quand même une vie sociale et le droit de te détendre!):

  • Faire la vaisselle
  • Ranger la vaisselle
  • Nettoyer le plan de travail
  • Passer une éponge/ lingette sur la table à manger et la table basse
  • Ramasser/ ranger ce qui traîne (cuisine: salon :sdb)
  • Redonner vie aux coussins , dresser le canapé
  • Remettre la déco que bébé Arthur/ Junior/ Poulette ont catapulté lors d’une partie de Puissance 4 (oui, me demande pas comment mais je t’assure que c’est possible! )

Cela te permet de te retrouver avec une maison rangée, saine, le matin et ne pas te prendre une montagne en plein visage alors que tu n’as pas encore bu ton café (un déca pour moi).

Et avec cela…What else?

« Un temps pour tout » on avait dit ?

Je ne sais pas si tu es comme moi (allez, avoue: un peu quand même !) mais j’ai besoin d’avoir mon territoire, mon espace. Oui nous devons nous donner par amour pour les autres, prendre soin des nôtres et passer du temps ensemble, mais pour garder un équilibre, il est bon de répartir les interactions en plusieurs temps:

  • Un temps seul(e)
  • Un temps en couple
  • Un temps seul avec les enfants ( Ecole à la maison/ activités)
  • Un temps en famille

Il est important de prendre un temps seul avec soi-même , de s’aérer l’esprit à travers une activité qui nous plaît, de méditer, donner vie à un projet , de prendre l’air seul sur le balcon avec une tasse de thé, car en ces temps où nous sommes tous confinés, les situations d’envahissement, d’étouffement ( non, pas les uns envers les autres n’y pensons pas …) peuvent vite arriver… Alors si on profitait de ce temps pour se donner le temps de réaménager notre temps ? Le fait de bien vivre cette saison de confinement et d’en faire une expérience fortifiante ne dépend (presque ) que de toi…

Pour finir…

La reconnaissance, la gratitude, aide à voir le monde autrement…Même dans les pires moments, choisir de fixer nos yeux sur ce qui est « bon, pur, agréable, digne d’approbation », renouvelle notre pensée: et si ta foi t’aidait à surmonter cela?

Mis en avant

Bienvenue !

Parce que ta vie est précieuse et qu’en toi un trésor a été déposé…

Bonjour toi!

Toi, qui me lis pour la première fois. Sache que ce n’est pas courant pour moi de m’adresser à une personne que je n’ai jamais vue . Cela fait de nombreux mois (tout au plus 24), que ce blog devrait voir le jour. Le voici enfin. Asseyons-nous ensemble et je vais te révéler son but…

Cela fait un certain temps que Dieu me travaille sur mon identité. Ce que j’ai pu apprendre m’a permis de me voir autrement, de découvrir les trésors cachés de Sa Parole, de le connaître plus intimement et de me voir à travers son regard. Je ne prétends pas tout savoir, loin de là, mais ce que j’apprends , je veux te le partager au jour le jour.

Comme tu le verras, ce blog abordera différents aspects . Nous parlerons de Christ, car il est au centre de tout, mais à travers lui, de la bible, des expériences nous aborderons des thèmes de la vie de tous les jours, répondrons , chercherons des éléments de réponse à certaines questions que nous pouvons nous poser…Tu ne seras peut être pas d’accord avec tout ce qui sera dit, mais voici le fond, le but de ce blog : chaque personne est précieuse, et en toi Dieu a placé des talents, des bienfaits, une valeur inestimable. Tu peux avoir un impact autour de toi. Sache que ta vie , peu importe ta situation, profession , santé, couleur de peau: là où tu es, Christ t’appelle à bouger, à franchir des obstacles , pour à ton tour libérer des captifs. Pour cela tu dois prendre conscience de qui tu es réellement, de ta véritable identité, tel(le) que Lui te voit, ou en tout cas apprendre à mieux connaître le trésor caché en toi…

Es-tu prêt(e) pour cela? Alors allons-y…

Tu es une maman qui déchire !

precieuse7

Les enfants, la liste de courses , les dernières notes à rentrer , prévoir le moment romantique avec chéri , vérifier le sac du plus grand , ne pas oublier le rendez-vous chez l’esthéticienne… Non ceci n’est pas une liste de course mais bien un cerveau de maman en ébullition…

Nous avons tant et tant à faire, mais comment ne pas se sentir débordée? 

Pour commencer, prends un thé, et…

Respire !

Pendant bien longtemps, j’ai feuilleté , fouillé, trituré les articles web à la recherche des meilleurs conseils afin de mieux m’organiser indisciplinée que j’étais, je voulais coller « blocs à blocs » toutes les casquettes de ma vie…Dernièrement j’ai compris une chose: le meilleur est déjà en toi ! Je vivais pour la performance, les « to do list »… Le Seigneur m’a enseigné une autre chose : Tout est une question de priorité.. Parce que tout est toujours une question d’amour…Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’organiser, bien au contraire! Mais nous avons des enjeux majeurs , des cibles de notre amour: des êtres en devenir nous ont été confiés…

Parce que c’est toi qu’ils veulent, pas ce que tu fais…

Bien des fois, il m’est arrivé de me comparer: « Telle maman range mieux et s’organise mieux pour les courses », « telle autre a l’occasion d’assister à tous les matchs de son fils », « celle-là encore trouve même le temps de démarrer son entreprise! ». Qui d’entre nous n’a pas lorgné sur la maman d’à côté ne serait-ce qu’une minute? De quoi nous donner des complexes…Seulement voilà: chacun a un mode de fonctionnement qui correspond aussi à sa saison actuelle: quels sont les défis de ta saison? Quelle est ta réalité? Quels sont les besoins? Regardons à l’essentiel…Ce que nos proches veulent , c’est notre présence: les moments de qualités ont donc toute leur place dans notre existence partagée…

Un moment avec Christ et avec toi-même?

Dans ce monde où tout va si vite, il est si facile de se laisser emporter par le tourbillon de son existence. On en ressort alors vite essoufflé(e), comme dans le tambour d’une machine à laver (je te rassure, je n’ai jamais essayé mais c’est l’image qui me vient en tête alors que j’écris ces quelques lignes). Seulement voilà, si tu ne veux pas finir essoré(e) par toutes tes activités , si tu veux pouvoir donner sans te sentir usé(e), il te faut prendre ce temps qui est si important et ne pas te négliger, je l’ai appris à mes dépens… Il faut alors savoir dire stop, s’arrêter, se ressourcer pour mieux repartir, et donner ce qui compte vraiment…Alors prends le temps de t’assoir, une infusion à la main, un peu de « soaking » dans les oreilles et laisse-toi conduire…

Ce qui compte vraiment…  « Rien de nouveau sous le soleil…»

Récemment j’étudiais en classe le premier chapitre d’Ecclésiaste. La phrase préférée d’une de mes élèves était: « Rien de nouveau sous le soleil »…et encore « Ce qui était, c’est ce qui sera » (Ecclésiaste, chapitre 1). Sais-tu après quoi tu cours? Parfois nous faisons une montagne de certaines choses qui sont futiles, et qui au final passeront. Que restera-t-il? Où auras-tu mis ton temps? Cela aura-t-il été utile? Ce sont les questions que je me suis posée, et je t’avoue que je n’ai pas encore toutes les réponses et heureusement! Mais ce que je sais c’est que nos enfants n’attendent pas de nous d’être des modèles de perfection, mais d’être « Leur » maman…Cela ne veut pas dire que l’on doit laisser tomber toute tentative de s’améliorer, mais il est bon de se rappeler que nos enfants sont une grâce, un présent, un cadeau de Dieu. Alors quand tu es fatiguée, que tu as l’impression de ne pas être à la hauteur, prends de la hauteur…Va « voir » Celui qui te les a confiés…

Il y a une Wonder Woman dans chacune des filles du Roi…

« Comment, mais que tu dis-tu là? » Oui! Une Wonder Woman te dis-je! Te rappelles-tu de cette série télévisée? De la force qui caractérisait ce personnage féminin à l’allure de guerrière? Bien entendu, nous ne lui ressemblons pas (toutes) physiquement. Cependant, vit en vous une force à laquelle nous oublions trop souvent de faire appel: Il s’agit de la merveilleuse personne du Saint-Esprit…Nous , parfois épuisées nous n’en pouvons plus, mais Lui ,qui nous a confié ces « missions » sait mieux que personne, combien nous avons besoin de Sa force, et de Sa grâce pour continuer à être les héroïnes de nos quotidiens respectifs…Alors n’oublie pas, face toutes ces demandes, quand tu ne sais plus où donner de ton attention: tu n’es pas seule! Jésus t’a donné son Esprit, qui vit en toi, et qui est prêt à t’aider à relever tous les challenges auxquels tu fais face…Sa force est en Toi et avec Lui, tu peux y arriver…Quand bien même tu serais à bout de force tu peux aussi venir à lui et déposer « tous tes soucis » (Mathieu 11:28) …Il saura te relever…

Alors , prête? Répète après moi:

Je suis une maman, qui déchire!

Cependant, comme nous le disions plus haut, c’est tout un défi de s’organiser…Je te propose quelques petites astuce lors du prochain billet de blog…

As-tu déjà pardonné à ton bourreau?

Une nuit, alors que je ne dormais pas, j’étais en conversation avec Dieu. Allongée sur mon lit, j’étais en conversation (silencieuse) avec Lui, pendant que mon époux dormait. J’étais sereine, heureuse de baigner dans Sa présence, et je lui disais combien il était merveilleux pour moi d’être en communion avec lui: mon Père! Je lui disais que je voulais rattraper tout ce temps passé loin de Lui, et je sentais sa paix, son amour envahir mon coeur. Il me disait encore combien j’étais précieuse, sa fille bien-aimée. C’est un amour comme je n’en avais jamais connu auparavant…

Un sujet débarqua sur le tapis de l’intimité avec Dieu

-« Tu as encore des blessures dont tu as besoin d’être guérie, veux -tu me laisser te guérir?

-Oui, répondis-je sans hésiter, et sans me douter une seule seconde de ce qui allait suivre…

Il commença alors à me parler de mon enfance, du fait qu’il avait toujours été là, souverain, à veiller sur moi malgré toutes mes souffrances, qu’il a toujours été ce bon père pour moi , même si j’avais cru si fort manquer d’un père… Puis il en est venu à me parler de mon père biologique , de ses incapacités, de ses propres blessures, qui ont causé les miennes, de son départ si tôt dans ma vie…Alors que je vivais quelques minutes plus tôt un débordement d’amour, j’étais confrontée de nouveau à toute la souffrance de mon enfance, au fait de me ressentir « sans père » à la sortie de l’école, et à mes pleurs alors que j’avais tant besoin des bras sécurisants d’un papa autour de moi…

C’est alors que je vis (en esprit) un homme dans un endroit sombre, comme dans un donjon. Dieu me disait que cet homme était resté coincé là de longues années , qu’il n’en était pas sorti. Cette pièce était sombre, et une vielle porte de bois le retenait captif entre des murs.

« -C’est ton père…Lui aussi a porté des chaines de captivité, et il peut être libéré aujourd’hui si tu acceptes de lui pardonner : veux-tu ouvrir la porte? »

Je pris conscience alors que lui ouvrir la porte voudrait dire, ne plus porter le moindre grief envers lui, ne plus penser à lui comme une cause de la souffrance de mon enfance, et moi qui pensais ne plus lui en vouloir! Moi qui pensais lui avoir tout pardonné! Je l’aimais , mais je le retenais malgré tout , en continuant à m’identifier à cette souffrance, alors que Jésus avait pris ma place…

Je devais aussi accepter de ne plus reparti en arrière, de ne plus repenser à ces soirs où il m’obligeait à manger toute mon assiette en me menaçant d »un ceinturon même si je suffoquais et était en larmes, à tous les coups reçus, aux fois où je vomissais de peur… Lui pardonner signifiait laisser tout cela aux pieds de Jésus, lui donner toute la souffrance , pour en être guérie, et que lui aussi, ce père, en serait…libre?

J’ai accepté d’ouvrir la porte…

Je souffrais à en avoir le souffle coupé, mais en même temps je sentais l’amour de Dieu et entendais sa voix me dire « courage ». J’ai pris mon souffle, et ai accepté qu’il sorte de ce donjon: j’ai vu la porte s’ouvrir alors, et un homme en sortir..Je lui avais pardonné, je le pensais sincèrement .

« Maintenant , relâche-le… »

Puis , Dieu m’a demandé de lui dire que je le pardonnais. Il fallait pour cela que je m’adresse à son âme, comme s’il était en face de moi. Cet acte là fut définitivement libérateur: je pris la parole dans mon esprit, et me suis adressée à lui: « Jean-Luc, je te pardonne. Je te relâche, je n’ai plus rien contre toi, tu es libre, je ne garde plus rien contre toi, je veux que tu puisses être libre… » J’ai vraiment ressenti une libération extraordinaire, et lorsque je pensais à mon père, je ne ressentais plus la moindre souffrance…Mieux que cela, j’avais le coeur léger, le ne souffrais plus…Christ était allé à la croix pour que cette libération soit possible, pour que je n’aie plus à porter ce poids, mais aussi , pour que mon père soit libre, qu’il reçoive lui aussi ce pardon, même si c’était douloureux de passer par ce chemin , j’ai senti que des racines d’amertume étaient en train de partir…

Cette nuit-là je fus délivrée d’un manteau de chagrin, de souffrance .Je sentis le Saint-Esprit arracher un vêtement de douleur par dessus mon être, j’étais remplie de frissons, je sentais comme une couche, une peau être arrachée de mon enveloppe charnelle. Pendant que mon mari dormait paisiblement à mes côtés, moi je vivais une délivrance: cette souffrance portée durant toutes ces années était en train de partir, de quitter ma vie, je me sentais libérée… Cela a été possible car il y a plus de 2000 ans, Jésus a porté nos douleurs, nos souffrances à la croix (Psaume 103, verset 2) . En nous réconciliant avec Dieu, et en acceptant de pardonner, non seulement nous relâchons ceux qui nous ont fait du mal et les permettons eux aussi de retrouver la liberté, mais aussi de nous libérer nous aussi, en acceptant de pardonner et de recevoir cette libération: tout est donc une question de choix: veux-tu toi aussi pardonner à celui qui t’a fait du mal?

Après ce moment, je remerciais vivement le Seigneur, et sentis que notre entrevue touchait à sa fin (pour le moment) je mis de la louange dans mes écouteurs . Je ne me rendis même pas compte que je m’étais endormie, apaisée, légère….

Toutes les expériences sont différentes : mais le pardon que nous croyons venir de nous découle en réalité de la croix. Ce pardon nous ne l’avons pas mérité, mais il nous a été donné. Dieu nous demande à notre tour de « pardonner à ceux qui nous ont offensés » (Mathieu 6, versets 9 à 13) . De ce choix découle notre propre libération, notre propre bien être. De même , Dieu agit doublement: dans sa bonté il relâche les deux parties. Que se passe-t-il de l’autre côté? Mon père a-t-il rencontré le Seigneur? Je ne le sais pas, mais je sais que je prie très souvent pour lui. Même si pour ma propre sécurité et celle de ma famille je ne peux l’approcher, je sais que j’ai la foi pour son salut, la foi de voir Dieu changer sa vie…

Et toi, as-tu déjà pardonné? Quels en ont été les bénéfices? N’hésite pas à me laisser un commentaire pour en parler …

Un pas de foi…

Le lâcher-prise dans l’enfantement (sur)naturel,

comme dans l’enfantement spirituel

Lorsque nous naissons de nouveau, un phénomène miraculeux se produit en nous: nous quittons une condition de captivité pour une dimension de foi, où le surnaturel de Dieu nous ramène à notre état d’origine . Tels Adam et Eve avant le péché, nous retrouvons notre véritable identité, notre véritable nature et but: être un avec Dieu et vivre en tant qu’héritiers du Royaume . Nous voyons alors combien notre identité en Christ est si palpable car la liberté, les fruits, les changements sont visibles d’eux-mêmes…Mais pour en arriver là, il nous faut nous abandonner et ne plus compter sur notre intelligence ….

Le lâcher-prise: un pas de foi?

Dernièrement, je me sentais comme un pommier qui voulait agiter ses feuilles afin de faire tomber le fruit plus vite. Persuadée de bien faire, voulant un accouchement « naturel » , ne pas être déclenchée avant le terme. Je voulais alors hâter les choses: marcher, faire de la voiture, me mouvoir et adopter des postures corporelles afin que ma fille descende dans le bassin et que je ne sois surtout pas déclenchée médicalement…Mes efforts ont été vains… D’un autre côté, une autre partie de moi avait ce « stress » de la voir passer de mon ventre à la lumière de ce monde, de vivre ce travail, de ne pas faire ce qu’il faut au bon moment: je me suis alors rendue compte que je me focalisais sur moi-même: je n’étais plus dans les promesses de Dieu, je m’appuyais sur ma « sagesse » (ce n’est pas vraiment le mot que je donnerais ici), ce qui démontrait que je n’étais plus en coopération avec Dieu dans ce processus, mais que j’avais tenté de prendre les choses en main . En clair: je n’étais plus dans la foi pour vivre ce miracle de la naissance de ma fille. Au lieu que les branches du pommier se relâchent, se détendent et laissent aller le fruit à maturité, j’étais devenue ce pommier qui se secouait pour forcer les choses, persuadée ( à moitié) d’avoir « les bonnes raisons » pour le faire.

C’est alors que le Seigneur me parla de ne pas « m’appuyer sur ma propre sagesse », cela monta à mon esprit un soir alors que j’étais en prière. La tentation était si grande de ne pas l’attendre et de faire les choses par moi même ! Lorsque je m’en suis rendue compte, je me suis repentie et j’ai alors voulu retourner au fait de Lui faire confiance , bien que je ne sache ni le jour, ni l’heure, j’ai choisi de m’abandonner , afin de vivre ce moment sans le programmer, sans vouloir à tout prix « maîtriser les choses »: j’ai préparé les chevaux, mais le reste ne m’appartient pas…

La nouvelle naissance: un accouchement spirituel qui demande aussi du lâcher prise

Parallèlement à la naissance de ma fille , mon mari et moi étions dans la foi pour qu’un membre de notre famille soit sauvé. Là aussi, encore, j’ai prié, parlé, écouté, soutenu. Mais ce n’est qu’à partir du moment où nous avons lâché prise , où nous avons confié cette personne au Seigneur, que les choses se sont faites d’elles-même. Lorsque nous avons « abandonné », « relâché « , ce frère entre les mains de Dieu, c’est alors que s’est produit ce miracle de la nouvelle naissance , ce merveilleux passage de la mort spirituelle à la VIE! Là aussi, secouer le pommier , faire des efforts sans écouter Dieu, sans le laisser agir ni l(attendre ne sert à rien…

Quand on s’abandonne, Dieu peut alors réaliser Ses promesses…

Pour la petite histoire: lorsque j’ai enfin laissé cette naissance « naturelle » devenir une naissance « surnaturelle », mon médecin m’a annoncé qu’il ne me déclencherait plus, et espérait avec moi un ‘travail spontané »: là encore , s’abandonner à Dieu, lui faire confiance, accepter de vivre cet accouchement à Sa façon est un acte merveilleux, revenir à ses promesses nous ôte tout contrôle: même dans notre âme , le lâcher-prise procure la liberté, enlève toute tension, nous permet de laisser agir Son Esprit, et d’être remplis de sa VIE…

Et toi, as-tu déjà vécu une situation dans laquelle tu devais « Le laisser faire »? Qu’as-tu ressenti? N’hésite pas à me laisser un commentaire…

N’aie pas honte de qui tu es !

Qui n’a jamais senti en son for intérieur, une certaine remise en question ? Ne t’est-il jamais arrivée de te sentir fragile, au point de ne pas savoir ce que tu veux? Où tu en es exactement? Quelles décisions prendre , même pour des choses simples? Ce que l’on attend précisément et où tu dois être en cette saison? cela m’est arrivé à moi aussi…

Laisse-moi te dire que tu n’es pas seule…

Bien souvent dans ces moments-là, que tu sois femme, mère, épouse , jeune fille, veuve, ou simplement un père célibataire qui désire donner le meilleur à ses enfants , tu as un ami inestimable à tes côté: Le Saint-Esprit… Et crois-moi, dans ces moments-là, tu es loin d’être aussi seule que tu ne le penses… A ce moment-là tu as juste besoin d’être replongé dans l’eau de Sa Parole afin de redécouvrir qui Il est en toi, et donc qui tu es en lui…

Connais-tu la chanson de Lauren Daigle, « You say ? » Elle évoque le fait que nous avons tendance, parfois à certains moments de notre vie, à croire certains mensonges qui entrent dans notre tête , qui nous font croire que nous ne sommes rien, que nous ne valons rien ou au contraire, qu’il n’ y a rien de sûr , sur quoi nous pouvons nous appuyer…Mais en réalité, pendant que nous laissons le diable dire toutes sortes de faussetés sur nous (c’est sa spécialité favorite: la calomnie…), Dieu lui pense et a toujours pensé le contraire , il te voit comme son enfant bien aimé, sa perle précieuse, celle qui est si courageuse, qui demeure un soutien pour sa famille, qui fait de son mieux pour donner une éducation digne des standards du Royaume à ses enfants…Oui, nous avons besoin de le savoir, de le lire , de s’en imprégner…

 » Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous,… » (Jean 14: 16)

Tu as un ami merveilleux qui est là en tout temps, une véritable personne douée d’émotions, remplie de projets et de perspectives inattendues pour ta vie? Mais qui ??? Le Saint-Esprit !

Comme son nom l’indique, il est un consolateur…

Chaque chose pour un but précis

Lorsque Dieu a demandé à Moïse de répartir les différentes tribus des enfants d’Israël ainsi que leurs différentes fonctions, il a démontré que pour Lui, l’organisation était quelque chose de primordial . Loin de vouloir mettre sur chacun de nous des fardeaux, nous ne pouvons que reconnaître les bienfaits de celle-ci…

Mes relations ont-elles un impact sur mon futur?

Savoir faire attention à nos influences…

Bien souvent nous accordons du crédit à ce que certaines personnes disent, pensent de nous, et parfois même, sans nous en rendre compte . De fil en aiguille, de discussions en discussions, nous les sur-élevons , leur accordons beaucoup d’influence sur nous…

Connais-tu le proverbe : « les les mauvaises compagnies corrompent les bonnes moeurs »? Figure-toi, que cela nous vient directement de la Bible. Plus précisément en 1 Corinthiens 15:33… Mais plus que cela, pourquoi des relations peuvent-elles avoir un impact sur ta destinée?

Ces paroles qui ont un impact sur ta vie…

Depuis jeune, j’avais du mal à me faire de certaines relation. Ce n’est que bien plus tard, alors que j’étais en quête de ce que Dieu avait pour moi , que j’ai compris que nous ne pouvions pas ( bien que nous sommes appelés à aimer , être disponible, bon , bienveillant envers les personnes), être amis avec tout le monde, ou encore accepter de laisser entrer n’importe qui dans notre vie. En effet, plus nous passons du temps avec des personnes et plus ces personnes peuvent avoir un impact sur nos vies, nos relations, nos pensées, voire même ce que nous pensons de nous-même!

 » L’homme est tel que sont les pensées de son âme… » (Proverbes 23:7)

Ce que tu entends tu finiras par le penser, et ce que tu penses, tu finis par le devenir . Ce principe spirituel, beaucoup de personnes, même celles qui ne connaissent pas le Seigneur vont l’employer et parleront alors de la « loi de l’attraction »…

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer